Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Voilà le Jaobarison Zakamanarivo Randrianarivony de nos jours. Un air de marionnette qui veut se donner une contenance pour cacher son incompétence dans la gestion des affaires de l’Etat.

Voilà le Jaobarison Zakamanarivo Randrianarivony de nos jours. Un air de marionnette qui veut se donner une contenance pour cacher son incompétence dans la gestion des affaires de l’Etat.

Bon, je ne vais pas raconter ma vie, ni la sienne qui est privée, mais soyez assurés que je connais Jaobarison Zakamanarivo plus que le commun des Malgaches, avant même qu’il ne se soit marié. Allez chercher des exemplaires du magazine « l’Univers Auto », à partir du début des années 1990 et vous y trouverez mon nom. Ce magazine spécialisé dans le domaine auto-moto était une publication de ce qui allait devenir l’agence Media Consulting. Je l’ai suivi d’Andravoahangy ambony jusqu’à Ankadivato, en passant par Antaninandro et Ankadifotsy. Jaobarison a été l’une des dernières personnes à avoir acheté mon livre « Chronostory 2002 ». Il avait forcé mon admiration et méritait d'être appuyé. En ces temps-là, j'étais très intime avec la dive bouteille... Par la suite, ayant d’autres choses à faire, et travaillant toujours de manière autonome (je n’ai jamais été à la poursuite de l’honneur et de l’argent) je suis parti. Mais j’étais toujours présent lorsqu’il avait besoin de moi. Pour rédiger des discours, par exemple… Actuellement, "l'Univers Auto" a été repris par Gilbert Rakotoniaina alias le photographe Gigi qui en a changé le titre.

Economiste de formation, sortant de l’université d’Antananarivo, ancien journaliste à Madagascar Tribune sous feu Rahaga Ramaholimihaso, jamais au grand jamais Jaobarison n’a été attiré par la chose politique. Il s’est toujours éloigné de tout mouvement populaire et faisait partie de ce que j’appelle « les spectateurs amorphes » sur ce qu’enduraient -et endurent encore- la majorité des Malgaches à cause de dirigeants imbus d’eux-mêmes. Pour lui, çà n’arrive qu’aux autres…

En 1999, il a assuré la communication de l’évènement « La Grande Braderie de Madagascar ». Un milieu où la politique politicienne est bien taboue. A partir de 2006, il a été organisateur de spectacles en faisant venir des artistes de l’étranger comme, par exemple, Diam’s (deux fois), Garou, Alpha Blondy, Raphaël, Bernard Lavilliers, Les Prêtres… et Gérard Lenorman en juin 2001. Des spectacles pas à la portée de la bourse du commun des Malgaches. Mais il est aussi l’instigateur de 20 à 30 spectacles d’artistes locaux célèbres par an. C’est ainsi qu’il a pu se bâtir une renommée, une notoriété dans le milieu du spectacle et une petit fortune personnelle. Il n’avait aucun lien avec les politiciens et ne parlait jamais de politique. Je vous garantis que le bruit d’une allumette qui s’enflamme le faisait fuir. Non pas qu’il soit peureux mais tout mouvement populaire, pour lui, signifiait menace sur ses spectacles…

Puis, soudain, boum ! Le voilà propulsé directeur de campagne du candidat n°3 à l’élection présidentielle de 2013. La grande question est : pourquoi avoir accepté d’évoluer dans un monde de pirates et de requins et vraiment sur le devant de la scène… politique ? Mais pouvait-il refuser ? S’est-il imposé (ce que je ne pense pas) ou l’a-t-« on » imposé ? Il y a, dans cet appel à un homme qui ne devait rien à la politique, une question de dette morale. Car, il n’est pas possible qu’il ait pu être attiré par les sirènes du pouvoir qui finit par corrompre. Surtout qu’il n’a jamais voulu s’impliquer, s’engager directement dans les affaires politiques de la Nation. Seulement voilà : à présent, Jaobarison, déjà conseiller « spécial » du nouveau président, est même devenu secrétaire général du parti Hvm, digne descendant du Psd, de l’Arema, de l’Undd et du Tim réunis. C’est dire son ignorance de l’Histoire politique de Madagascar. Est-il utile, alors de rappeler que les mêmes causes produisent les mêmes effets ?

Pourquoi cet article ? Il ne s’agit, en aucun cas d’affaire personnelle car nous avons toujours été en bons termes. En fait, c’est lui qui s’est déconnecté des réalités vraies. Il s’agit de vous révéler que ce sont des personnes comme Jaobarison qui maintiennent les leviers du pouvoir actuellement. Brillants dans leur domaine respectif, ils n’ont jamais été préparés à la res publica. Pour eux, depuis toujours, pour vivre heureux il faut vivre caché. Ils n’ont aucun cursus concernant les affaires de l’Etat et pensent, aujourd’hui, tout apprendre sur le tas. Aucun d’entre eux n’est jamais monté dans un bus, ne serait-ce que pour connaître le quotidien de leurs concitoyens. Ils ont toujours vécu en parallèle avec le peuple. D’où cet écart que le peuple ressent au plus profond de leur être entre lui et ces nouveaux dirigeants. Ils ne pourront jamais réviser leur conception personnelle de la vie, rapportant tout sur et à eux-mêmes. Et c’est bien là le drame des pays comme Madagascar. Ils roulent en Mercédès alors que le peuple crève la dalle.

Ils sont arrivé au pouvoir « comme çà », par pur accident, ignorant l’Histoire politique de leur propre pays. Et c’est pourquoi ils commettent les mêmes erreurs qui ont mené Ratsiraka, Zafy et Ravalomanana à être chassés du pouvoir comme des malpropres. Mener une nation ne s’improvise pas. Tout repose sur une longue préparation, une bonne planification et une gestion transparente. Actuellement, tout ce à quoi ils songent, c’est de me chercher des noises. Lorsque Jaobarison arrive à dire : « C’est difficile de travailler avec Jeannot », il a raison car je ne suis ni corruptible ni corrompu. En fait, il a peur de ses propres faiblesses car je fais partie de ceux qui osent mettre des responsables devant leurs vraies responsabilités face aux réalités vraies, et non en acceptant leur vision personnelle qui fait fi du bien-être de la majorité de mes compatriotes. Ils ne connaissent qu’Antananarivo. Ils ignorent le vécu des Malgaches du grand Sud, du Nord, de l’Est et de l’Ouest. Ils débarquent en avion, montent dans un 4X4, font leur cinéma et reviennent dans la Capitale sans n’avoir rien vu.

Madagascar, en ce dernier jour du mois de juin 2014, est entre les mains d’apprentis sorciers qui mèneront le pays nulle part. Et le pire reste à venir. Malheureusement, ce sont des gens comme çà que les intérêts de la Communauté internationales ont besoin : dociles, malléables à souhait mais loin, très loin au-dessus du peuple gavé de beaux discours. Et çà s’arrête là. Jaobarison, à présent, parle de « détracteurs du régime ». Il n’est pas conscient du tout que c’est la majorité de ceux qui ont élu le candidat n°3 qui vivent un cauchemar.

Par ailleurs, comment feint-il d’ignorer les gars de la "Gazette de la île" avec qui il a travaillé et dont il connaît la mission sacrée : dénoncer toutes les dérives des dirigeants qui qu’ils soient. Nous étions tous à Madagascar Tribune et nous serons toujours « détracteurs de régime ». C’est la mission de tout journaliste digne de ce nom et qui ne sera jamais le porte-parole de politocards. A présent, Jaobarison Zakamanarivo ira-t-il jusqu’à intenter un procès contre moi qu’il croit bien connaître ? On verra. Mais soyez assurés qu’il n’en sortira pas indemne s’il ose s’attaquer à moi pour défendre un président que j’ai moi-même élu mais qui m’a totalement déçu dans sa gestion des affaires de l’état, passé d’exécutant à… exécuteur. J’ai voté pour lui pour ne plus vivre le capitalisme d’état. Hélas, c’est pire actuellement avec cet ancien ministre des Finances qui met le pays « upside down », sans aucune continuité de l’Etat. Heureusement que les dirigeants ne feront jamais que passer. Moi, je fais partie du peuple qui est la Nation et qui demeurera quels que soient les dirigeants .

Que Jaobarison Zakamanarivo Randrianarivony, qui ne fume ni ne boit, cesse de mettre de l’eau dans le moulin de sa propre bêtise et il pourra dormir sur ses deux oreilles. Qu’il cesse, tant qu’il est temps pour lui, d’être complice de ce régime dirigé par Hery Rajaonarimampianina qui divise plus qu’il n’unit les Malgaches.Pour l'heure, ce n'est qu'une "affaire malgacho-malgache" pour la Communauté internationale, trop heureuse d'endetter le pays tout entier, avec des " facilités de crédits "... Mais où iront vraiment ces sous avec des charlots pareils ?

A bon entendeur, salut !

Jeannot Ramambazafy – 30 juin 2014

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Rajaonarimampianina tao aminy Vatican. Resaka fianakaviana e !

Izao izany ny hoe « délégasiona ofisialy » nandaniana ny volam-bahoaka a ? Rajaonarimampianina mianakavy ireo, miampy ny minisitra Rivo Rakotovao, Filohan’ny antoko Hvm (fahatelo ankavia) sy Véronique Resaka, « chargée d’Affaires » malagasy ao amin’ny Masoivoho ao Parisy (ankavanana indrindra)

Dia mbola fitaka indray no nataon’ny ao amin’ny fitondrana malagasy e ! Ny 26 Jona teo dia nalefa ny fampilazana ho an’ny mpanao gazety fa voaasa ara-pomba ofisialy ny Filoha Rajaonarimampianina hihaona amin’ny Papa Ray Masina François, any Vatican. Tampotampoka teo izany. Ka na dia nisy maty sy naratra aza teny Mahamasina, ny folak’andro, dia lasa ihany izy mianakavy, tsy nampilaza toa ny mpanao ratsy mitsaoka.

Tonga tany anefa izy rehetra, inona no teo ? Nambaran’ny Radio Vatican mazava fa fitsidiana manokana (« audience privée ») sy ara-pianakaviana (« familiale ») no nalehan’ilay Filoha malagasy tany, ny asabotsy maraina 28 Jona. Io sary io ambony io no porofo mivaingana tsy azo ivalozana ! Izany hoe tsy fitsidiana ara-pomba ofisialy na ilay hoe « visite d’Etat » akory. Raha ny marina izany dia tokony ny volany manokana no nandoavana ny saran’izy mianakavy nandehana tany Roma fa tsy ny volam-bahoaka mihitsy no nanaovana kapoky ny tsy miala vola. Sady amin’izay efa mihaotra ny folo ny « delegasiona » nanaraka izy mivady.

Ny tao aminy Tvm moa dia natao toa tena fandraisana makotrokotroka ny fisehoan’ilay fitsidiana. Tena manozon-tena mihitsy anie ity Filoha vaovoa ity e ! Aiza ka : namely mafy ny rivo-doza Hellen tany avaratra tany. Lasa izy nandeha ho any Bruxelles. Noravana ny trano etsy Ankadimbahoaka, lasa ihany izy nandeha tany Israël. Tsy nisy teny fampiononana mitaratra ny maha-Malagasy avy any aminy mivantana mihitsy. Ary koa aminy maha ray aman-drenin'ny Malagasy tsy vaky volo azy.

Fa dia mihevitra mihitsy ve ity filoha vaovao ity, amin’izao andron’ny fifandraisana eo no eo izao fa ho takona ny tena zava-misy marina ataony ? Afa ny zavatra mivoaka ny vavany ary afa ny zavatra ataony. F’angaha dia laharam-pahamehana io fitsidiana ara-mpianakaviana ny Papa François io ? Samia miheritreritra lalina isika Malagasy rehetra fa ho ratsy ny tohin’ny tantara... Manao izay tiany atao ilay filoha vaovao satria voafidim-bahoaka. Ary na dia izaho manokana aza re fa dia tadiavina hanaovana antsojay. Satria matahotra ny marina ve e ? Tsotra ny teniko : aza manambàny tena amin’izany fa hahitsio dieny izao ny famindra. Zafy albert, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana. Tsisy izay tsy mahalala ahy ireo Filoha ireo. Tsy nisy na iray aza nitady biby kely taty amiko satria ny marina marina ihany. I Didier Ratsiraka aza nanome baiko hamoahana ahy taminy izaho tratra sambo-belona tany Diego. Sa hanao fisamborana « vaovao » ianareo ao ambony ao satria anisan'ny "mpanatsatso" ny tenako ? Eo isika mahita azy, hoy i Jaojoby izay.

Jeannot Ramambazafy – 28 Jona 2014

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Rajaonarimampianina au Vatican sur le dos des contribuables

Sur la photo, troisième à partir de la gauche, Rivo Rakotovao, super ministre des Infrastuctures et président du parti Hvm

Décidément, le mélange des affaires de l’Etat et personnelles commencent (comme sous Ravalomanana) à poindre à l’horizon dans le régime Rajaonarimampianina. Ci-après, d’abord, le communiqué de presse envoyé aux médias par la cellule de communication de la Présidence :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Visite officielle du Président de la République Hery Rajaonarimampianina au Vatican

26 juin 2014.

Suite à une invitation officielle du Pape François, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina sera reçu par le Souverain Pontife ce samedi 28 juin 2014 au Vatican, Rome Italie.

La Cellule Communication.

Ensuite, plus loin, le communiqué de Radio Vatican qui parle de visite familiale et privée. A moins que Radio Vatican ne mente, ce qui est inimaginable. Qui a payé la facture de ce voyage familiale de plus d’une dizaine de personnes, dont des membres du gouvernement et de la Présidence ? Le peuple évidemment… Or, ce n’est pas au nom de ce peuple, donc, que la famille Rajaonarimampianina qui a quitté Madagascar le soir même du jour de l’Indépendance qui a occasionné deux morts et des dizaines de blessés au stade de Mahamasina.

Rajaonarimampianina au Vatican sur le dos des contribuables

Le président « élu par le peuple » (qui casque pour avoir voté pour lui) allant au Saint-Siège, n’a même pas eu un mot-un seul- de consolation aux familles des victimes en tant que « Ray aman-dreny » comme le veut la tradition bien malagasy. Pour un protestant Fjkm, effectivement, ce n’est pas très… catholique. On verra ce qu'il va encore raconter à son retour... Changer de confession? Qui sait, mais certainement de lutte contre la pauvreté. En théorie... théologienne. Après le mur des Lamentations et le Vatican, il ne lui reste plus qu'aller à la Mecque pour boucler son tour du monde des hauts-lieux des religions monolithiques que sont le Christianisme, le Judaïsme et l'Islam. Vive les "Mondoraids rajaonarimampiens" ! Mais quel est le lien exact avec le développement de Madagascar ? Les voies du seigneur sont vraiment impénétrables. Non? En tout cas, il dira ce qu'il dira mais il est parti "officiellement" avec les deniers de l'Etat malgache, sans même en informer le peuple qui l'a élu et à qui son premier devoir est de rendre compte. Là est la vérité qu'une désinformation subtile tente d'escamoter. Et la majorité des médias du monde est tombé dans le panneau de cette invitation "officielle" du Pape François. Car ce n'était, en aucun cas, une visite d'Etat. La nuit du 26 juin 2014, il est vraiment parti en catimini, comme quelqu'un qui a quelque chose à se reprocher. Le tribunal de l'Histoire n'oubliera pas non plus cette marque de dédain vis-à-vis du peuple malgache qui l'a élu et dont il se targue à chaque occasion...

COMMUNIQUE DE PRESSE

Radio Vatican - Le Pape a reçu ce samedi 28 juin 2014 matin le président de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, venu en famille. C'est la première fois que le chef de l'état malgache, élu en décembre 2013 se rend au Vatican. Après l'audience privée avec le Saint-Père, Mr Rajaonarimampianina s'est entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat, accompagné de Monseigneur Antoine Camilleri, Sous Secrétaire pour les relations avec les états. L'occasion, précise un communiqué du Saint-Siège, de se féliciter de la qualité de leurs relations, d'évoquer la reprise que vit Madagascar, ainsi que l'apport de l'Eglise à la réconciliation et à stabilité du pays.

Ayant salué la contribution que l'Eglise offre également à l'éducation et à la santé, elles ont abordé plusieurs sujets d'intérêt commun, comme la lutte contre la pauvreté et les inégalités. Il a enfin été question de certaines problématiques internationales et de conflits en cours dans plusieurs régions du monde, précise le communiqué.

Jeannot Ramambazafy – 27 juin 2014

Source et photo : Radio Vatican

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy

« Mba sahiko ny milaza (in-droa) fa dia ny tenako no anisany nitarika ny adihevitra sy ny fampiraharahana niaraka tamin’ny Ambatovy, ary rehefa niresaka an’izao Bazar Be izao an, dia efa nijery ny vidin’izany an (Ttf: nivoaka avy tany ampaosiny izany ny vola ?) ! Na dia somary lafo lafo aza, hoy aho hoe : rehefa ho an’i Toamasina, zavatra tsara, zavatra tena tsara ! »

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy

Ancien ministre de la Communication de la période de transition à Madagascar, Rolly Mercia reprend du service et redevient le journaliste d'investigations que tout le monde connaît dans la Grande île, et même au-delà

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy

Comme je l’avais déjà écrit au début de l’article concernant Mister Ahmad et le qatargate, il ne se passe pas un jour sans qu’un scandale n’éclate de la part des dirigeants de cette IVème république de Madagascar, décidément aussi décevants qu’incompétents. Cette fois-ci, c’est le président de l'Assemblée nationale, élu "démocratiquement" à 100%, et le premier questeur qui sont mis en cause. C’est la radio Free FM 104.2 qui a levé le lièvre, ce 20 juin 2014. Et quel lièvre !

Le ministère des Finances et du Budget sis à Antaninarenina, en face du palais d'état d'Ambohitsorohitra

Le ministère des Finances et du Budget sis à Antaninarenina, en face du palais d'état d'Ambohitsorohitra

A l’approche des fêtes de l’Indépendance, la somme de 267 millions d’ariary a été débloquée par le ministère des Finances et du Budget (MINFEB). Somme prévue pour régler les besoins urgents de tous les députés sans exception. A savoir : hébergement, déplacements, remboursement de frais divers, séjour à Antananarivo durant l’actuelle session ordinaire.

Une source au cœur même de cette magouille, a révélé la répartition précise de ce pactole public. Ayant été sortie du MINFEB, cette énorme somme enfermée dans des sacs, est arrivée à Tsimbazaza, le jeudi 12 juin 2014, vers 11h, escortée par des forces armées. A ce moment, les députés étaient en pleine session plénière. Ces deniers publics ont alors été transférés dans le véhicule du premier questeur, Siteny Randrianasoloniaiko, avant d’être transportés dans le bureau de ce questeur. Tous les députés présents ont été témoins oculaires de cette scène.

Siteny Randrianasoloniaiko, premier questeur de l'Assemblée nationale

Siteny Randrianasoloniaiko, premier questeur de l'Assemblée nationale

Face à la découverte de ce transfert, le premier questeur a annoncé au micro, dans l’hémicycle, -et a promis- que cet argent sera distribué dans le courant de l’après-midi (« à partir de 15h », a-t-il précisé), en guise d’indemnités pour cette session ordinaire et les sessions extraordinaires (c'est vraiment le cas de le dire) du samedi 3 et dimanche 4 mai 2014, jours fériés où a eu lieu « l’élection » de l’actuel président et celle des membres du « nouveau » bureau permanent. Mais aussi pour rembourser l’argent que les députés ont dépensé, surtout ceux venus des régions.

Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale

Eh oui Jean Max: 50 millions ariary sans se fatiguer, çà s'arrose !

Mais, comme la sœur Anne, les députés n’ont rien vu venir et ont attendu en vain. Entre-temps, vers midi, ce même 12 juin 2014, cet argent avait été distribué individuellement à tous les membres du bureau permanent. Et voici la répartition issue de la source citée plus haut : Jean Max Rakotomamonjy, président de l’Assemblée : 50 millions ariary ; Siteny Randrianasoloniaiko, premier questeur : 30 millions ariary ; chaque membre du bureau permanent, représentant les six provinces de Madagascar : 15 millions ariary. Par ailleurs, une somme de 20 millions ariary a été distribuée par un député précis à 17 autres députés à titre de déplacement pour aller à Fianarantsoa, y « installer » les députés élus de la région. En plus de ces 20 millions, chacun de ces 17 députés a reçu 1,12 millions ariary pour argent de poche et 320.000 ariary pour carburant. Et pour couronner le tout, il leur a été octroyé des chèques carburant d’une valeur totale de 5 millions ariary.

Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale

Les membres du bureau permanent version PMP

Ainsi, au moment promis de la distribution de ces 267 millions ariary, cet argent était déjà dans la poche des députés « privilégiés ». Et, au jour d’aujourd’hui (20 juin 2014), la majorité des députés n’ont rien reçu, même pas un quart d’ariary si le président Jean Max Rakotomamonjy, lui, a recu un quart de milliard d'anciens francs malgaches... Contactés par cette majorité plus que mécontente, les responsables au sein du MINFEB se sont contentés de dire : « Il n’y a plus aucune somme à débloquer vous concernant et nous n’entrons pas dans la gestion interne de l’Assemblée nationale qui est autonome. A vous de vous débrouiller avec ceux en charge de la répartition ». Et toc !

Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale

Illustré par cette photo, le vide à la tribune. Les membres du bureau permanent font déjà la fête, avec un pactole très facilement gagné, au détriment de leurs pairs, censés les avoir élus...

La célébration du 26 juin 2014 sera très amère pour la majorité des députés malgaches élus… Bravo aux membres du bureau permanent élus « démocratiquement » sans adversaires. Quelle sera la suite de ce scandale jamais vu à l’Assemblée ? Pour le moment, les 17 députés en partance pour Fianarantsoa ont signé une décharge. C'est déjà une preuve. Quant aux autres... En tout cas, la confiance ne règne pas du tout entre députés, et même entre le président lui-même et le premier questeur. Mais c’est une autre histoire. Contentez-vous de celle-ci pour l’instant.

Jean Eric Rakotoarisoa félicité par celui qui l'a choisi pour une mission précise: défendre ses intérêts au niveau de la Constitution. Jusqu'ici, il a réussi à merveille. Mais jusqu'à quand ?

Jean Eric Rakotoarisoa félicité par celui qui l'a choisi pour une mission précise: défendre ses intérêts au niveau de la Constitution. Jusqu'ici, il a réussi à merveille. Mais jusqu'à quand ?

Récemment, Jean Eric Rakotoarisoa, l’illustrissime membre de la HCC, nommé par le président Rajaonarimampianina a déclaré : « Les crises politiques à Madagascar sont dues à l’ignorance de la loi par les Malgaches ». Bravissimo ! C’est décidément le propre des Malgaches pistonnés de le prendre de haut, en accusant les autres. Mais à présent, le monde entier, en tout cas, n’ignore plus les vraies racines d’une crise politique. Nous attendons la suite de ce feuilleton avec impatience.

Toamasina, le 20 juin 2014. Inauguration du Bazar Be rénové, entièrement financé par le projet Ambatovy

Toamasina, le 20 juin 2014. Inauguration du Bazar Be rénové, entièrement financé par le projet Ambatovy

Et, pendant ce temps, le président élu de tous les Malgaches continue à jouer à l'inspecteur des travaux finis (il inaugure des infrastructures déjà en chantier bien avant son élection, en s'en arrogeant la paternité), comme si de rien n'était.

Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale

Jeannot Ramambazafy – 21 juin 2014

P.S. : Ci-après, la réponse d’un forumiste de tananews à Jean Eric Rakotoarisoa. Ce n’est pas hors sujet. Loin de là.

Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale
Madagascar: scandale des 267 millions ariary à l'Assemblée nationale

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Christian Cointat, Sénateur français

Christian Cointat, Sénateur français

Madagascar îles éparses : LE RAPPORT COINTAT 2010, 105 pages

Voir les commentaires

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

De juin à août, c’est le temps des grandes vacances pour bon nombre d’Européens. ensuite, c'est au tour des Nord-américains. S’il vous vient l’idée de passer ce temps dans la Grande île de l’océan Indien, cet article est pour vous. Et rappelez-vous déjà ce que Taureau assis (Sitting Bull) avait prédit (photo ci-dessus).

En vert, ce qu’il reste des forêts primaires originelles

En vert, ce qu’il reste des forêts primaires originelles

Le patrimoine naturel unique de Madagascar est sévèrement menacé de disparition : La forêt naturelle qui couvrait originellement la majeure partie de l'île disparaît très rapidement à raison de 200.000 à 300.000 ha par an. il est estimé que seuls 16% de la surface de Madagascar sont encore couverts de forêts naturelles et les aires protégées censées abritées tous les éléments représentatifs de la diversité biologique de Madagascar ne représentent que 1,9% de l'ensemble du territoire.

Par ailleurs, la déforestation laisse derrière elle des sols nus et fragiles. L'érosion qui s'ensuit est extrêmement importante, entraînant une dégradation importante des milieux lacustres, côtiers et marins qui, par ailleurs, sont déjà soumis à des fortes pressions de transformations à des fins agricoles et à une exploitation excessive.

Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

La croissance démographique (la population malgache double tous les 20 ans) constitue un facteur d'aggravation sérieux pour la situation de l'environnement. En effet, le niveau de pauvreté monétaire de la population (le revenu annuel par habitant est de 200 dollars) contraint les habitants à avoir recours aux ressources naturelles de façon destructrice, en privilégiant le court terme au détriment d'une utilisation rationnelle qui revêt un caractère durable.

A la (vaine) recherche individuelle du saphir. Mais que de dégâts pour l'environnement !

A la (vaine) recherche individuelle du saphir. Mais que de dégâts pour l'environnement !

Les processus écologiques et la diversité biologique de Madagascar constituent pourtant des atouts économiques de première importance.

La protection des écosystèmes naturels permet le maintien des fonctions écologiques primaires, comme la restitution progressive et continue de l'eau. La protection des sols qui en découle évite le cortège de problèmes qui affectent maintenant de façon chronique l'économie du pays comme l'ensablement des périmètres agro rizicoles, des infrastructures portuaires, des infrastructures hydroélectriques, les affaissements routiers…

Ce que vous avez le devoir de faire

Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

Forêt

Dans les endroits où les lémuriens sont protégés, comme dans les réserves naturelles ou dans les localités où il est tabou de les déranger, ils peuvent être observés assez facilement. Munissez-vous d'une lampe pour rechercher les espèces nocturnes. Leurs yeux brillent dans la lumière et une paire de jumelle permettra une observation intéressante.

Les lémuriens sont des animaux sauvages et ne devraient pas êtres nourris dans la nature. Si de telles pratiques ont été favorisées pour le confort de l'observation, elles sont néfastes à l'équilibre des populations sauvages. N'encouragez pas ces actes, vous rendrez service aux lémuriens qui ne sont pas des animaux domestiques. Bien que d'un naturel avenant, et pouvant rappeler des nounours, en nous donnant envie de les caresser ou de chercher un contact, plusieurs cas de morsures ont été reportés.

Une des plus belles ambiances forestières de Madagascar, lorsque tous vos sens s'ouvrent au mystère des forêts, est offerte par l'Indri qui émet ses chants mélodieux. Les Indris communiquent ainsi sur de grandes distances. Profitez de ces moments et pour le confort des animaux et des autres visiteurs, ne repassez pas vos enregistrements et découragez de tels agissements.

Bords de mer et récifs

Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

Les récifs coralliens sont des écosystèmes fragiles, les coquillages ne doivent pas être des éléments de commerce. Apprenez à respecter ce merveilleux environnement qui doit continuer à vivre pour nous tous et les prochaines générations !

Autres gestes pour préserver la Nature malgache

Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

• N’enterrez pas les « poubelles » ou restes de repas mais faites-les sortir des forêts;

• Ne dérangez pas un nid d'oiseau et restez à distance;

• Les reptiles peuvent sembler robustes et savoir qu'il n'y a pas de serpent dangereux à Madagascar incite souvent à leur capture. Rappelez-vous que la manipulation des reptiles reste affaire de spécialistes et qu'un geste maladroit peut irréversiblement endommager ces animaux, sommes toutes fragiles;

• Ne capturez aucun animal et ne touchez pas aux ailes fragiles des papillons;

• Restez maître d'un feu allumé dans un campement.

Bonne vacances 2014 à toutes et à tous !

****************************

Madagascar: préservez la Nature, s'il vous plaît !

La liste rouge des espèces menacées a été mise à jour par l’UICN, l’Union Internationale pour la conservation de la nature. Le verdict est sans appel. Plus de 1000 espèces d’animaux ou de végétaux ont été ajoutées. Elles sont désormais plus de 28.000 à être menacées d’extinction en raison de la destruction de leur habitat, du réchauffement climatique ou du braconnage. L’UICN a établi un top 10 des espèces africaines qui risquent de disparaître à terme.

INDRI !

INDRI !

L’espèce qui vient en tête de ce top 10 est bien l’Indri de Madagascar. Selon l’UICN, il subit de plein fouet la destruction de la forêt qui constitue son habitat. Ne supportant pas la captivité, il ne peut vivre que dans son environnement d’origine.

Dossier de Jeannot Ramambazafy – 15 juin 2014

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog