Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy

Interview du Président RAJOELINA sur RFI, diffusé dans le JT Afrique Matin du 20.12.2012

A l’issue de sa rencontre avec le Ministre français des Affaires Etrangères, SEM Laurent FABIUS, le Président de la Transition, SEM Andry Nirina RAJOELINA, a répondu aux questions du journaliste de la Radio France Internationale (RFI), Christophe BOISBOUVIER.

Question (Q) : Monsieur le Président, Bonjour !

Réponse (R) : Bonjour !

Q : Il y a une semaine, Marc Ravalomanana a annoncé à Dar Es Salaam qu’il ne serait pas candidat à la prochaine élection présidentielle. Est-ce que ce n’est pas un geste d’ouverture de sa part ?

R : C’est sa décision et cela n’engage que sa personne. Je n’ai pas de commentaires à faire sur sa décision personnelle.

Q : Alors du coup, est-ce que vous-même pourriez renoncer à être candidat à la prochaine élection présidentielle ?

R : En ce qui concerne ma candidature, je donnerai la primeur au Peuple malgache. Je vais prendre ma décision au moment voulu.

Q : Et c’est quel à moment ?

R : Je pense que cela ne va pas tarder étant donné que le dernier jour de dépôt de candidature est le 8 mars. Donc, c’est à ce moment-là que nous allons prendre une décision ou, peut-être, avant.

Q : Alors, vous hésitez ? Mais il y a deux ans et demi vous aviez dit publiquement que si Marc Ravalomanana n’était pas candidat vous ne le seriez pas non plus.

R : En politique, c’est toujours en mouvement. Ce n’est pas du tout statique. Mais cela évolue selon le temps.

Q : Marc Ravalomanana renonce mais il souhaite rentrer dans son pays pour aider à la reconstruction de Madagascar. Qu’est-ce que vous en pensez ?

R : J’en ai fait part aux responsables de la SADC. Je le disais toujours, le retour au pays de l’ancien Président à Madagascar avant le processus électoral pourrait engendrer des conséquences inimaginables.

Q : Est-ce qu’on peut imaginer que Marc Ravalomanana rentre dans les semaines qui viennent et que les élections se tiennent, comme prévu, au mois de Mai prochain ?

R : Je pense qu’il y a un risque énorme et les conséquences seront inimaginables. Depuis trois ans de Transition, l’ancien Président, par rapport au rapport de la Gendarmerie, a concocté trois coups d’Etat qui ont échoué. Trois coups d’Etat militaires. Sans parler des attaques personnelles et individuelles. Et moi-même, il y avait eu une attaque à la bombe sur mon véhicule. La question qui se pose est que : « est-ce que ce retour, si cela se fait, ramènera la stabilité à Madagascar ? Est-ce qu’on pourrait imaginer qu’il y aurait des élections dans la paix dans le cas où l’ancien Président rentre à Madagascar avant les élections ? »

Q : C'est-à-dire que même s’il renonce à être candidat, vous continuez de vous opposer au fait qu’il puisse rentrer librement ?

R : Je ne m’y oppose pas, c’est à la SADC d’en décider.

Q : Est-ce que ça veut dire pour l’instant s’il rentre, il est toujours menacé d’être arrêté ?

R : La Justice est indépendante et l’ancien Président, aujourd’hui, a été condamné par la Justice malgache.

Q : En fait, vous n’avez pas confiance dans sa parole quand il dit que s’il rentre il ne se présentera pas ?

R : C’est une question que tout le monde se pose aujourd’hui. En 2002, l’ancien président a signé un accord à Dakar, quand il avait eu un conflit sur des élections présidentielles qui opposaient justement l’ancien Président et l’Amiral Didier Ratsiraka qui s’est exilé ici à Paris. A ce moment-là, c’était le Président sénégalais qui menait la médiation à Madagascar entre les deux protagonistes. Ils se sont serrés la main, ils se sont embrassés à l’issue d’un accord comme quoi on devrait organiser le deuxième tour des élections présidentielles à Madagascar. Une fois arrivé à Madagascar, l’ancien Président Ravalomanana a dit qu’il a été élu au premier tour. Donc, il a renié sa parole, il a renié sa signature au détriment du Peuple malgache.

Q : Et aujourd’hui, vous craignez une nouvelle ruse de sa part ?

R : La question que je me pose : « est-ce qu’on peut faire confiance à l’ancien Président Ravalomanana ?».

Q : En 2009, les militaires ont joué un rôle clé dans le départ de Marc Ravalomanana, est-ce que ce ne sont pas eux qui refusent son retour et qui font pression sur vous-même pour qu’il ne rentre pas.

R : On veut que la paix et la stabilité règnent à Madagascar. Et il est de mon devoir de garantir un processus électoral dans la sérénité.

Q : Quand Laurent Fabius vous dit : « vous êtes très jeune, vous pouvez passer votre tour en 2013 et vous présentez le coup d’après en 2018 », qu’est-ce que vous répondez ?

R : Moi j’ai dit, par rapport à cela, que cela demande une réflexion assez profonde et je n’ai pas de réponse à donner à cela immédiatement.

Q : Et vous réfléchissez ?

R : Je réfléchis.

Q : Monsieur le Président, merci.

Articles récents

Hébergé par Overblog