Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Madagascar. Les institutions de l'État servent souvent les intérêts des élites au lieu de ceux de la population en général

Palais d’Etat d’Iavoloha, 12 juin 2015. Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu Cécile Fruman, Directrice à la Banque Mondiale pour le Commerce et la Compétitivité, en visite à Madagascar pour 4 jours. Cette délégation était composée de Coralie Gevers, Représentante résidente de la Banque Mondiale à Madagascar; Satyam Ramnauth, de l’International Finance Corporation à Madagascar; Michael Engman, Senior Economist et Task Team Leader pour le Projet Pôles intégrés de croissance et Corridors 2, et Noro Aina Andriamihaja, Senior Financial Specialist.

Diagnostique Systématique Pays

Madagascar (Août 2015)

La gouvernance apparait comme une contrainte majeure pour la croissance économique soutenue, inclusive et élevée du pays. La fragilité de Madagascar provient du fait que l’Etat de droit n’est pas systématiquement respecté et que le système judiciaire est incapable de faire appliquer efficacement les lois. Plusieurs éléments structurels et historiques alimentent cette fragilité, selon une analyse récente, y compris:

i) l'État et un système politique qui sert les élites;

ii) le rôle persistant de l'armée dans la dynamique politique; iii) une société fragmentée (géographiquement et socialement);

iv) un processus de décentralisation latent; et

v) les tensions dans l’appropriation des revenus provenant des ressources naturelles du pays (terres et extractions).

En outre, le rapport souligne que la fragilité du pays s’est accentué au cours des dernières années en raison:

1) de la criminalité et de l'insécurité croissantes,

2) de la croissance rapide de l'économie illicite,

3) de la criminalisation d'une partie importante des forces de sécurité du pays, et

4) de la faiblesse du système judiciaire qui est absent dans les vastes zones du territoire, poussant les gens à se faire justice eux-mêmes.

Résumé des défis de gouvernance:

• Les institutions de l'État à Madagascar servent souvent les intérêts des élites au lieu de ceux de la population en général. En partie, du fait que l'Etat ne fournit pas de biens et services publics appropriés.

• Madagascar dispose d’un des taux de ratios recettes/PIB les plus faibles dans le monde et dépense la majeure partie de ses revenus sur les salaires du secteur public et les dépenses de fonctionnement, y compris les subventions régressives de carburants, et il reste donc très peu de ressources pour les services sociaux ou les investissements.

• Les citoyens malgaches ne sont pas satisfaits du gouvernement et ont fini par attendre très peu de la part de ce dernier. La capacité des parties prenantes qui pourraient exiger des comptes au gouvernement (organisations de la société civile, la presse) reste faible.

• Le taux d’investissement (public et privé) est beaucoup plus faible à Madagascar que dans la plupart de ses pairs, freinant ainsi la croissance. Le secteur privé a identifié l'instabilité politique comme principale frein pour leurs activités. Les autres contraintes comprennent l'insuffisance d’infrastructures, en particulier les infrastructures d'électricité, ainsi que les problèmes de gouvernance.

• Une gouvernance faible affecte également la capacité du gouvernement à gérer les vastes ressources naturelles du pays. La faiblesse de gouvernance, associée à une grande richesse en ressources naturelles, peut conduire à une dégradation de l'ordre public comme cela a été remarqué à Madagascar au cours des 5 dernières années.

• Les recommandations pour le renforcement de la gouvernance comprennent des investissements tenant compte de la responsabilité, le renforcement de l'agence de lutte contre la corruption et la poursuite du processus de décentralisation.

Articles récents

Hébergé par Overblog