Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Cela saute aux… yeux ! Jean Louis Robinson a vraiment un air de crapaud bulldozer ou crapaud-buffle. Il insulte sans état d’âme la mémoire de ses maîtres décédés et des morts de 1972, 1991, 2002 et 2009

Cela saute aux… yeux ! Jean Louis Robinson a vraiment un air de crapaud bulldozer ou crapaud-buffle. Il insulte sans état d’âme la mémoire de ses maîtres décédés et des morts de 1972, 1991, 2002 et 2009

Mialy et Andry Rajoelina n'ont pas reçu une "invitation" mais ont accompli un devoir sacré, vis-à-vis de l'Histoire de l'Humanité elle-même

Entendu lors du second face-à-face sur TVM du 11 décembre 2013 (traduit du malgache) :

« La communauté internationale m’a déjà vu à l’œuvre. Je suis le seul Malgache ayant siégé au sein du comité exécutif de l’Organisation mondiale de la santé et j’ai présidé la soixantième assemblée mondiale de la Santé. L'Afrique du Sud me reconnaît car, ce pays m’a invité à l’enterrement de Nelson Mandela alors que les dirigeants actuels n’ont reçu aucune invitation ».

Bravo !

Depuis quand, lors du décès d’un être humain, reçoit-on une « invitation » (« Fanasana ») ? On reçoit un faire-part et personne n’oblige personne à venir ou non se recueillir auprès de la famille du défunt. Et même sans faire-part, on peut venir, selon le degré de connaissance ou de lien parental. Moi, l’abonné des cimetières, j’en connais tout un rayon. Et je viens droit de Pretoria (les autres reportages à ce sujet seront en ligne bientôt). Seul un docteur Robinson a l’esprit assez biscornu (comme un alambique d'alcool frelaté) peut inventer cet argument dans le cadre d’une campagne de dénigrement et non électorale. Côté humilité, ce n’est pas mieux. « Seul Malgache ayant siégé au sein du comité exécutif de l’Organisation mondiale de la santé ». Ah bon ?

Que les lecteurs sachent alors que bien avant lui, ayant siégé à l’OMS, il y avait le Dr Jean-François Jarison, lui-même successeur du Dr Célestion Aridy. Preuve ci-dessous.

Jean Louis Robinson, un affabulateur de 4è catégorie

Et avant ce Robinson affabulateur, deux femmes médecins ont siégé à l’OMS. Il s’agit des Doctoresses Razanajao et Julia Chavenon née Razanapara. Ainsi ce candidat à l’élection présidentielle n’est qu’un vil affabulateur de 4è catégorie qui foule au pied le serment d’Hippocrate lui-même et, à cause de son pacte passé avec le diable Ravalomanana, entend apprendre qu’avec lui, désormais, l’élève peut dépasser le maître. C’est aussi insulter la mémoire de mon propre père, le Dr Jean Ramambazafy dont il était un élève. Qui a entendu parler de mon père dans le milieu de la politique à Madagascar ? Personne. Mais qui ne l’a pas connu dans le milieu médical ? Toutes les générations qui nous ont précédées.

Ayant prêté ce serment, Jean Louis Robinson, actuellement, le foule aux pieds. Il s'est déshonoré lui-même et ne mérite que le mépris. Prétendre être candidat "favori", c'est déjà la recherche de la gloriole hors du monde médical qu'il renie carrément maintenant

Ayant prêté ce serment, Jean Louis Robinson, actuellement, le foule aux pieds. Il s'est déshonoré lui-même et ne mérite que le mépris. Prétendre être candidat "favori", c'est déjà la recherche de la gloriole hors du monde médical qu'il renie carrément maintenant

Concernant le coup d’état (« fanonganam-panjakana ») dont il a fait un argument électoral systématique et litanique, le candidat n°3, Hery Rajaonarimampianina doit absolument changer de comportement. En effet, sa léthargie, à ce sujet, devient de plus en plus suspect. Il entend jouer la carte du « oloben’Andriamanitra » (croyant naïf). Mais Dieu lui-même ne lui sera d’aucun secours car il est dit : aide-toi et le ciel t’aidera. Il a donc intérêt à agir. Non pas en insultant son adversaire qui se comporte comme un authentique voyou (il paraît qu’en politique, tous les coups sont permis), mais en le contrant avec des arguments reposant sur la réalité historique. Ce sera la vérité contre les mensonges et la désinformation. Voici un exemple pour l’aider, lors du 3è et dernier face-à-face du mercredi 18 décembre 2013.

Un achat au financement obscure, qui a amené les bailleurs de fonds à suspendre leurs aides dès décembre 2008. Il avait été aménagé pour 25 passagers...

Un achat au financement obscure, qui a amené les bailleurs de fonds à suspendre leurs aides dès décembre 2008. Il avait été aménagé pour 25 passagers...

Madagascar n’en est pas à sa première période de transition. Durant ce laps de temps compris entre une république et une autre -dans le domaine de la politique-, il s’agit d’organiser des élections et non pas de développer quoi que ce soit. Cependant, durant ce temps provisoire, les affaires de l’Etat et l’Etat lui-même doivent être gérer sans contracter des dettes. Cela a été fait avec brio grâce aux bailleurs de fonds qui ont suspendu leurs aides financières à partir de décembre 2008, à la suite de l’achat de l’avion Air Force One II par Ravalomanana.

Revenons au « Fanongam-panjakana », à présent. La définition du coup d’état est : "Renversement du pouvoir par une personne investie d'une autorité, de façon illégale et souvent brutale. On le distingue d'une révolution en ce que celle-ci est populaire. Le putsch est un coup d'État réalisé par la force des armes". En 1990-1991, le peuple s’est soulevé contre l’amiral Ratsiraka, dirigé par le Pr Zafy Albert. L’armée a suivi le mouvement après le massacre du 10 août aux abords du Palais d’Iavoloha. Une Haute autorité de l’Etat (HAE) a été mise en place, en octobre 1991, présidée par le Pr Zafy, jusqu’à l’élection de février1993. Le Professeur est élu, Ratsiraka part en exil en France, respectant son devoir de réserve.

Les mercenaires blancs, sur la place du 13-mai, en 2009. Ils étaient venus encadrer les éléments de l'Emmonat qui avait accompli des actes de répression mortels

Les mercenaires blancs, sur la place du 13-mai, en 2009. Ils étaient venus encadrer les éléments de l'Emmonat qui avait accompli des actes de répression mortels

Fin 2008, le peuple malgache, dirigé par le maire élu de la capitale, Andry Rajoelina, manifeste contre Ravalomanana qui a mélangé de manière exponentielle les intérêts de l’Etat avec ceux de sa société Tiko et de sa famille. En février 2009, les éléments du Cpasat rejoignent le mouvement à la suite de la répression de l’Emonnat encadré par des mercenaires blancs. A la suite du massacre du 7 février, Marc Ravalomanana démissionne en ayant dissous son gouvernement et remis les pleins pouvoir à un directoire militaire. Acte totalement inconnu dans la Constitution malgache. Le 17 mars 2009, il disparaît dans la nature pour réapparaître en Afrique australe où il racontera son histoire à dormir debout. L’intervention de la Sadc qui a appelé autour de la table les deux anciens présidents (Ratsiraka et Zafy) qui n’ont rien à voir avec la révolution orange, fera trainer la durée de cette énième période de transition.

Regard diabolique et larbin de service qui sera éjecté à la première occasion. Pour le moment, c'est un marché de dupes caché par le "qui se ressemble s'assemble".

Regard diabolique et larbin de service qui sera éjecté à la première occasion. Pour le moment, c'est un marché de dupes caché par le "qui se ressemble s'assemble".

Là est la seule et unique vérité. Où se situe, alors, le fameux « fanongam-panjakana » ? Le candidat Rajaonarimampianina a donc intérêt à rétablir cette vérité. Le peuple, étant versatile, risque de gober les mensonges du duo infernal Ravalomanana-Robinson. Personnellement, je n’en ai rien à cirer que Robinson soit élu ou non. Il paiera, tôt ou tard, ses méfaits. Et d’une manière aussi imprévisible que la mort qui nous guette tous. Mais, en attendant, en tant que citoyen malgache et fils de médecin, je ne peux pas lui permettre de poursuivre encore longtemps ses insanités. Et je ne peux pas respecter un énergumène qui ne se respecte pas et qui ne respecte pas mon père qui était son maître. En plus, ce qui est pire, il est adepte du judo… Quelle est donc sa philosophie des arts martiaux, dès lors. Jean Louis Robinson est devenu un grand corps malade, au sens propre comme au sens figuré. Médicalement parlant -vu son drôle de comportement et sa manière de parler-, son temps est compté. Il a les symptômes de l’angoisse qu’il cache sous des airs de crapaud bulldozer. Pourquoi, alors, mettrai-je des gants pour démonter un véritable complot contre la Nation malgache toute entière ? Aura-t-il le courage de me traîner en justice ? Je ne le pense pas car il me connaît et il sait que je ne vais jamais à la guerre sans emporter un carton de biscuits, en l’occurrence les archives de mon père et de l’Histoire politique de Madagascar depuis trois décennies. Et je plaide déjà coupable de dire la vérité. Lui, il carbure au sérum du mensonge.

Jean Louis Robinson, un affabulateur de 4è catégorie

Si Hery Vaovao veut être élu -et qui veut peut-, la balle est vraiment dans son camp et dans son comportement. Je le répète : il a en face de lui un voyou diminué médicalement, qui n’a rien à perdre. Il s’agit de lui cracher la vérité vraie en face. Avec des preuves irréfutables à l’appui. Ainsi, si la meilleure des défenses, c’est l’attaque, la contre-attaque intelligente anéantit toutes velléités mensongères. Que l’entourage d’Hery Vaovao agisse en conséquence…

Jeannot Ramambazafy – 13 décembre 2013

Articles récents

Hébergé par Overblog