Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Andry Rajoelina: le moment des vérités -VIDEOS-

Le dimanche 15 décembre 2013, le Président de la Transition, Andry Rajoelina, a été l'invité spécial de la chaine de télévision Tv Plus Madagascar. Il a eu l'occasion, non pas de régler quelques comptes, mais de cracher les quatre vérités du duo Ravalomanana-Robinson. Par ailleurs, il a également toucher un mot sur l'infamie du Général Camille Vital, devant la presse malagasy en général. Voici des extraits en vidéo suivi d'un petit résumé en français.

Jeannot Ramambazafy

Le Président de la Transition, en tant que chef de l'Etat, a invité tous les Malagasy en droit et en âge de voter car il y va de l'avenir de Nation et de leur propre avenir.

Ahurissement total ("Gaga ialahy"). Le Général Camille Vital est-il un homme de parole ? Celui qui a subi les "tracasseries" de Ravalomanana (son avancement a été bloqué, il a été interdit de se présenter candidat à la mairie de la ville de Toliara) a décidé de supporter le candidat du fuyard d'Afrique du Sud, pour le seccond tour. Or, il avait juré solennellement qu'il serait éternellement reconnaissant au Président de la Transition (qui l'a nommé Premier ministre puis ambassadeur en Suisse et l'a rétabli sur le tableau d'avancement de l'armée en le nommant Général) et que si Ravalomanana revenait, il allait tirer sur lui... L'honneur et l'argent ont-ils pris le dessus sur cet officier général ou alors il est plus un homme qui raisonne plus avec le coeur qu'avec la tête ?...

Il n'y avait rien de grave à propos des relations entre le Président de la Transition et le candidat Hery Rajaonarimampianina, à l'issue du premier tour. Cependant, il a été impératif de lui rappeler qu'il y a eu une révolution en 2009 avec mort d'hommes. Ayant été ministre des Finances de la Transition durant plus de 4 ans -même s'il n'a pas été nommé sur la Place du 13-Mai-, Hery Vaovao ho an'i Madagasikara représente automatiquement cette révolution orange. Le nier aurait été une injure vis-à-vis des martyrs de la révolution. Mais, actuellement, tout est bien qui finit bien et le candidat n°3 a même été heureux que le Président Rajoelina soit à ses côtés durant la campagne électorale pour le second tour du 20 décembre 2013.

Le Président de la Transition a reconnu que cette élection présidentielle n'était et ne sera pas à l'abri de fraudes. Il a alors préconisé que l'ont numérote les 20.001 bureaux de vote et que la CENI-T soit plus transparente dans la publication des résultats. En tout cas, il a invité tout un chacun à demeurer vigilants, surtout dans les bureaux de vote où certains responsables n'avait même pas pris le soin de montrer le bulletin unique côté face lors des décomptes...

Le Président Rajoelina a démontré pourquoi Hery Rajaonarimampianina est bien le candidat de la révolution orange de 2009. "C'était une lutte sacrée contre l'injustice et la dictature", a-t-il rappelé, "et il est de notre devoir de la défendre".

Malgré la désinformation et les mensonges, il a rappeler que des choses ont été accomplie durant la Transition, et bien avant. Il a pris, comme exemple, la reconstruction de l'hôtel de ville d'Antananarivo qui avait pourri sous ses cendres durant 36 ans. Il a décidé de le reconstruire et c'est chose faite désormais. Il a aussi touché un mot sur le Coliseum d'Antsonjombe et, sur un ton humoristique a déclaré que le candidat Robinson -qui allait y faire son "fara-doboka"- devrait le remercier. "Ah bon, ce qu'Andry Rajoelina a construit est tout de même utile ?", a-t-il dit.

"Un candidat qui prétend accéder à la magistrature suprême d'une nation doit mesurer ses paroles". Et le Président Rajoelina s'est littéralement insurgé sur le fait que Jean Louis Robinson, en public, l'a traité -lui et ses partisans d'ailleurs- de "Foza" (écrevisses). "Il s'agit-là d'une discrimination qui pourrait avoir des impacts mortels dans l'avenir".

Effectivement, le Robinson de Ravalomanana ne doit pas perdre de vue que le mot "cancrelat" entendu à longueur de journée sur la radio des Mille Collines, a été un facteur déterminant dans le massacre de 1994 au Rwanda.

Le Président de la Transition a rappelé que le fameux décret qui fait flipper les "spécialistes" est antérieur -de deux mois- à l'élection du premier tour et ne concerne pas seulement la campagne électorale pour le second tour. Il rappelé que la loi malagasy, dans le cadre de la souveraineté nationale, prime sur la feuille de route qui est un accord politique. Voilà pourquoi la Communauté internationale n'a rien trouvé à redire.

Bah, que voulez-vous, hein: lorsqu'on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage...

Cette vidéo est une sorte de résumé de tout ce qu'il a dit, ce dimanche 15 décembre 2013, en direct de Toliara. Il a parlé de coup d'état. En fait, Ravalomanana a démissionné en transmettant ses pouvoirs à un directoire militaire (acte anticonstitutionnel) qui l'a remis au Leader de la révolution orange. Andry Rajoelina a rappelé qu'il a fait l'objet de trois coups d'état, sans compter les deux attentats contre lui : au FIGN du Fort Duchesnes, à la BANI d'Ivato et la pose de bombes artisanales. "Du jamais vu à Madagascar !". Qui est, dès lors, le véritable auteur de coup d'état ?

Articles récents

Hébergé par Overblog