Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jeannotramambazafy.overblog.com

jeannotramambazafy.overblog.com

Promotion pour le développement culturel et social de Madagascar

Publié le par Jeannot Ramambazafy
Madagascar élections. Décret 2013-593 : nul n’est censé ignorer la loi, à commencer par les magistrats et les médias

Décidément, quelque chose ne tourne pas rond dans le monde la loi à Madagascar. A présent, ce sont ceux censés ne pas ignorer la loi -les magistrats pris de manière globale ainsi que les médias- qui font semblant de ne pas la connaître. Lorsqu’on entend les « spécialistes » de la loi comme Me Willy Razafinjatovo, Honoré Rakotomanana et Jean Eric Rakotoarisoa -pour ne citer qu’eux-, un constat se révèle : ils ignorent que la loi, comme le langage, est vivante et qu’elle évolue. A croire qu’ils font désormais partie des hommes de loi du XIXème siècle et que tous les textes appliqués datent toujours des années 1960.

Andry Rajoelina a annoncé qu’il soutiendra officiellement le candidat Hery Rajaonarimampianina. Du coup, tous les « avara-pi » de Madagascar, opèrent une levée de bouclier aussi ridicule qu’inutile. Voici des textes pour leur rafraîchir la mémoire et pour leur démontrer qu’ils ont tort et sont passibles de poursuites pour propagation de fausses informations induisant sciemment l’opinion publique dans une erreur aussi fondamentale que vitale pour l’avenir même du pays.

Madagascar élections. Décret 2013-593 : nul n’est censé ignorer la loi, à commencer par les magistrats et les médias

Article 31. Aucune procédure d’empêchement ou de destitution du Président de la Transition, ni aucune motion de censure à l’endroit du Gouvernement de Transition, ni aucune mesure de dissolution du Parlement de Transition ne peuvent être exercées, pendant la transition.

Aucun commentaire à faire. Lorsqu’on lit la « Une » de certains journaux, mieux vaut en rire...

DECRET 2013-593 DU 06 AOUT 2013-11-13 (ici pour le format en PDF)

Madagascar élections. Décret 2013-593 : nul n’est censé ignorer la loi, à commencer par les magistrats et les médias
Madagascar élections. Décret 2013-593 : nul n’est censé ignorer la loi, à commencer par les magistrats et les médias

Article 2 (nouveau) : Les autorités politiques non candidates, citées en annexe du présent décret, les Ministres, chefs ou membres de partis ou organisations politiques, peuvent assister aux manifestations de campagne électorale pendant la période concernée, à condition de s’abstenir de prendre la parole durant lesdites manifestations ou de faire des déclarations d’opinion sur les candidatures, en concurrence sous quelques formes qu’elles soient.

Les candidats, les partis ou organisations politiques, les différentes mouvances ayant présenté des candidats et les comités de soutien peuvent utiliser les photos et les noms des autorités citées ci-dessus ainsi que les effigies des entités de provenance dans les supports de campagnes électorales.

(Extraits du Journal officiel du 15 août 2013, pages 2396 et 2397)

Le candidat Jean Louis Robinson (ci-dessus) ne sait pas de quoi il parle. Vraiment....

Sont inclus dans ces "autorités politiques non candidates" : Le Président de l'actuelle transition, les présidents du CST, du CT, du CMDN et du Conseil pour la Réconciliation malagasy. Aucun journal local ne parle de ce décret 2013-593. C’est incroyable mais vrai, hélas, mille fois hélas. Mais le BA – BA du journalisme n’est-il pas de s’informer avant d’informer les autres ? Concernant les « avara-pi » qui forment l’intelligentsia malagasy, c’est tout simplement affreux, horrible, atroce ! Car nul n’est censé ignorer la loi, à commencer donc par certains magistrats et journalistes intellectuellement malhonnêtes. Comment diable voulez-vous que le pays avance puisqu’ils passent leur vie à défendre les intérêts de quelques individus qui les reniera à un moment ou à un autre ? En fait, ce ne sont pas des hommes de loi mais des hommes qui se servent (ou se desservent) de la loi pour défendre les intérêts d'autres hommes, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Comme le dit la chanson: [à Madagascar] ce n'est pas la loi qui fait les hommes mais les hommes qui font leur loi. Tena mampalahelo e ! Car jusqu’au jour d’aujourd’hui, personne (magistrats, politiciens, médias) ne parle de ce décret 2013-593. Pourquoi ?

Jeannot Ramambazafy – 11 novembre 2013

Articles récents

Hébergé par Overblog